Joint Programme Factsheet
Tools for » Programme Conjoint d'Appui au Developpement de la Region de Maradi
Gallery
1/9 Prev Next
The photos show how WFP is supporting local communities to tackle the land environmental degradation through the Food for Work and Cash For Work. The land recovery (by various terracing techniques (plowing along either countour lines or keylines to slow water run off downhill,… ) allows the regeneration of land which has been exhausted and unusable for agriculture and livestock. At the same time, income for many families for several months also help mitigate the impact of food insecurity in the areas of intervention.
Gardens Primary schools - Land conservation
Gardens Primary schools - Land conservation
Gardens Primary schools - Land conservation: this operation consists of the land management of school gardens, their development and capacity building in agricultural techniques ( landscaping, terracing,...) of school stakeholders in the Maradi region. This intervention aims at improving the conditions and quality of life, apprenticeship of pupils and organizational capacity building of school stakeholders (teachers, students, parents) in the local natural resources management.
Programme implementing by WFP to supporte local communities to tackle the land environmental degradation through the Food for Work and Cash For Work.
Programme implementing by WFP to supporte local communities to tackle the land environmental degradation through the Food for Work and Cash For Work.
Gardens Primary schools - Land conservation
Gardens Primary schools - Land conservation
Programme implementing by WFP to supporte local communities to tackle the land environmental degradation through the Food for Work and Cash For Work.
About

Overview

Food and Agriculture rganisation (FAO), World Food Programme (WFP), World Health Orgnaisation (WHO), United Nations Childrens Fund (UNICEF), United Nations Population Fund (UNFPA), United Nations Capital Development Fund (UNCDF) and United Nations Development Programme (UNDP) ont établi un Programme Conjoint en utilisant la gestion canalisée, attitre “Le Programme Conjoint d’Appuis au Développement de la Région de Maradi”.

Le Programme Conjoint d’Appui au Développement de la Région de Maradi (PCM) a pour fondements essentiels: (i) les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ; (ii) la Stratégie de Développement accéléré et de Réduction de la Pauvreté (SDRP) ; (iii)  les stratégies et politiques sectorielles ; (iv) le Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (UNDAF) ; et (v) la Déclaration de Paris. Son approche est basée sur la gestion axée sur les résultats.

De par sa nature, son esprit et son approche, les caractéristiques de ce programme sont : (i) conjoint, car il met en pratique le principe « Unis dans l’Action » entre les agences du SNU et entre celles-ci et le Gouvernement, les acteurs régionaux et les autres partenaires ; (ii) novateur, car il marque une rupture avec les modalités classiques de mise en œuvre de l’UNDAF et expérimente l’application de « One UN » à l’échelle de la région ; (iii) participatif, parce qu’il prend en compte la vision et les orientations de toutes les parties prenantes et les responsabilise; (iv) fédérateur, car il intègre et établit la cohérence entre les interventions de tous les partenaires; (v) régional, car il est la déclinaison de la SDRP, de ses stratégies et programmes dérivés et de l’UNDAF dans la région de Maradi ; (vi) multisectoriel, car ses résultats découlent de tous les effets UNDAF et couvrent plusieurs domaines et secteurs ; (vii) aligné, parce que ses priorités, ses résultats attendus ainsi que ses mécanismes de coordination et de suivi correspondent à ceux de la SDRP (2008-2012) et de l’UNDAF (2009 – 2013), basés sur les OMD.

Ce Programme Conjoint est administre par le Bureau des Fonds d’Affection Multi-Donateurs (FAMD)/ the Multi-Partner Trust Fund Office (MPTF Office) de PNUD en accord avec ses régulations financières.

 

Assistance Strategy

Le Système des Nations Unies apporte une contribution stratégique à la réponse au défi de la pauvreté dans la région de Maradi sur la base de ses avantages comparatifs découlant de la Charte, des mandats de ses agences, de son expérience et de l’expertise capitalisée dans l’appui au développement.

Les avantages comparatifs du SNU (Système des Nations Unies) portent notamment sur : (i) l’appui/ conseil ; (ii) la promotion du Développent Humain Durable ; (iii) l’application des traités, conventions, accords et protocoles ratifiés ; (iv) l’application et le suivi des engagements internationaux, en particulier les OMD et les normes internationales ; (v) le renforcement des capacités ; (vi) l’établissement de partenariats stratégiques ; et (vi) la mobilisation des ressources. 

Partant de ces avantages comparatifs, des axes stratégiques de la SDRP 2008-2012, des effets de l’UNDAF 2009-2013 et des défis identifiés, l’objectif global du programme conjoint demeure la réduction de la pauvreté et l’atteinte des OMD (Objectif Millénaire pour le Développement) dans la région, à travers : (i) l’amélioration des productions agro-sylvo-pastorales, la gestion durable des ressources naturelles, la prévention et l’atténuation des crises alimentaires et catastrophes naturelles ; (ii) l’amélioration de l’accès des populations vulnérables à des services sociaux de base de qualité et de leur participation à la maîtrise de la croissance démographique ; (iii)  la promotion du développement à la base, de la gouvernance locale, des droits humains et de l’équité de genre.

Les résultats clés attendus du programme sont : (i) une amélioration de la sécurité alimentaire, de la production et de la productivité des ménages à travers la promotion des pratiques innovantes en matière d’agriculture et d’élevage, le renforcement des capacités et le micro crédit ; (ii) un changement de comportement des populations vulnérables, particulièrement des femmes, afin qu’elles adoptent un comportement favorable à l’utilisation de services sociaux de base de qualité et à la maîtrise de la croissance démographique ; (iii) une consolidation de la gouvernance locale à travers le renforcement des capacités des pouvoirs publics, des organisations communautaires de base et des collectivités locales et enfin (iv) la création des conditions pour une participation équitable des citoyens aux processus de prise de décision et à l’exercice du contrôle citoyen dans la région de Maradi.

L’atteinte de ces résultats passe par la coordination et la synergie des acteurs et partenaires autour d’une vision commune sur les défis du développement de la région. Les principales parties prenantes identifiées sont le Gouvernement, la Région, les services techniques déconcentrés, les collectivités territoriales, en particulier les communes, le secteur privé, les collectivités coutumières, les organisations communautaires de base, la société civile, notamment les associations et ONG de développement, le SNU en tant que principal promoteur des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), ainsi que les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux.

 

Governance

Le cadre institutionnel est structuré du niveau national à celui de la commune.

Au niveau national, la tutelle du programme est assurée par le Ministère en charge de l’économie et des finances. Le cadre d’orientation demeure celui de la SDRP (Stratégie de Développement accéléré et de Réduction de la Pauvreté) et de l’UNDAF, à savoir le Comité de concertation Etat - Donateurs.

Au niveau régional, la supervision générale du PCM (Programme Conjoint Multisectoriel / Région de Maradi) est assurée par le Gouverneur à travers le Comité Régional de Pilotage de la SDRP qui est le cadre de coordination, de programmation et de suivi conjoints des partenaires au niveau régional, tandis que la coordination technique incombe à l’Equipe Technique d’Appui composée du Conseiller Technique principal (CTP), d’un Expert en planification, suivi et évaluation ; du Directeur régional de l’Aménagement du Territoire et du Développement communautaire et du Directeur régional de l’INS (Institut National de la Statistique). Cette équipe aura notamment pour tâches d’assurer l’opérationnalisation du dispositif de planification, suivi – évaluation mis en place, y compris l’élaboration et/ou l’actualisation de situations de référence au niveau de chaque commune ou département.

Au niveau départemental, la coordination sera assurée à travers les cadres de concertation départementaux sous la présidence des préfets.

Au niveau communal, le Conseil Municipal en tant que maître d’ouvrage, sera chargé de coordonner, d’appuyer et d’impulser la mise en œuvre des actions, y compris l’approbation des dossiers avec le soutien des services techniques, ONG ou autres prestataires. Il convient de rappeler ici que c’est la commune qui est la porte d’entrée, le levier du développement local et régional.

Sur le plan sectoriel, un chef de file est désigné par Domaine de Coopération de l’UNDAF et Effet du Programme Conjoint pour assurer le suivi de la mise en œuvre des activités du programme, sous le leadership des directions techniques compétentes de la région.

L’Agence Administratif (AA)

Les agences exécutives désignent le Programme des Nations Unies au Développement (PNUD)/ le Bureau des Fonds d’Affectation Multi-donateurs (FAMD)/Multi-Partner Trust Fund Office (MPTF Office) comme Agent Administratif (AA) de ce programme conjoint.

En tant qu’AA, le FAMD est notamment responsable:

a.            de la conclusion d’un Memorandum of Understanding (MoU) avec les Organisations participantes du Système des Nations Unies et d’un Standard Administrative Arrangement (SAA), avec les bailleurs de fonds ;

b.            de la réception et de l’administration des contributions reçues par les bailleurs de fonds;

c.            du décaissement des ressources approuvées par le Comité de Pilotage, aux organisations participantes des Nations Unies;

d.            de la consolidation des rapports financiers des organisations participantes des Nations Unies;

e.            de la remise des rapports d’avancement consolidés sur le Programme conjoint au donateur. 

 

 

Recent Documents

This tab shows only recent documents relevant at the Fund level. To see more documents at both the fund and project level go to the Document Center.

Key Figures
Funding Status
Participating Organizations are required to submit final year-end expenditures by April 30 in the following year; Interim expenditure figures are submitted on a voluntary basis and therefore current year figures are not final until the year-end expenditures have been submitted.
Total as of
Values in US$
View as Excel Print friendly format
Funds with Administrative Agent
Contributions from Donors 6,600,000  
Interest and Investment Income (from Fund) + 9,934  
Interest (from Participating Organizations) + 0  
Total source of funds   6,609,934
Transferred to Participating Organizations 6,904,015  
Refunds from Participating Organizations - 452,140  
Administrative Agent Fee + 66,000  
Direct Cost + 0  
Bank Charges + 83  
Total use of funds   - 6,517,957
Balance with Administrative Agent   91,977
As a percentage of deposits   1.4%
Funds with Participating Organizations
Transfers to Participation Organizations 6,904,015  
Total resources   6,904,015
Participating Organizations' Expenditure 6,194,349  
Refunds from Participating Organizations + 452,140  
Total expenses   - 6,646,490
Balance with Participating Organizations   257,525
As a percentage of transfers   3.7%
Total Balance of Funds   349,502
As a percentage of deposits   5.3%
Delivery Analysis
Report by
All amounts in US$
View as Excel Print friendly format
Contributions
to All amounts in US$ Excel Print
Projects
to
Report by All amounts in US$ Excel Print
Contacts

Administrative Agent issues in the country of the JP:

Administrative Agent issues in New York:

Multi-Partner Trust Fund Office (MPTF Office), Bureau of Management, United Nations Development Programme; Fax: +1 212 906 6990;  

Contact Us | Glossary | Scam alert | Information Disclosure Policy | Feedback