Project Factsheet
Tools for » PIREDD Equateur
Project ID:00117600Description:PIREDD Equateur
Fund:
DRC Fonds National REDD+
Start Date *: 27 Aug 2019
Theme:
CAFI Investment
End Date*: 26 Aug 2023
Country: Congo, The Democratic Republic Project Status: On Going
  Participating Organization:   FAO - Food and Agriculture Organizat
About

Le programme intégré de l’Equateur est bâti sur la quasi-totalité des 7 piliers de la stratégie REDD de la RD Congo (Cfr figure 1). Il sera exécuté en tandem par la FAO, Chef de file, et le WWF/RD Congo dans une approche de mutualisation des compétences propres et de capitalisation des expériences respectives acquises et accumulées dans la zone d’intervention, qui constituent un atout important dans la mise en œuvre du programme et offrent des avantages comparatifs intrinsèques dans l’exécution rapide de ce dernier. Les axes d’intervention ainsi visés comprennent :

-        L’aménagement du territoire, au travers d’une planification participative de l’utilisation des terres de différents terroirs communautaires villageois, qui s’inspire des priorités et du cadre de planification préalablement définis au niveau national et provincial en matière de schémas d’aménagement du territoire.  Au plan purement local et suite à une vision commune forgée aux échelons supérieurs (national et provincial) de décisions, il sera question de réaliser une cartographie d’occupation actuelle des terres à partir d’une photo-interprétation couplée à la cartographie participative et de produire, de manière participative, une carte d’affectation en recourant à un micro-zonage effectué conformément au Guide Opérationnel proposé à cette fin. Les résultats de micro-zonage réalisé, de manière systématique au niveau des terroirs villageois sont successivement agrégés pour produire des plans d’affectation des terres au niveau des secteurs concernés et éventuellement, à l’échelle d’un territoire. En attendant de disposer des orientations claires sur des affectations résultant d’un schéma national, le programme se propose d’initier des réflexions et d’appuyer, à travers l’organisation d’une conférence provinciale sur le développement, une revue prospective des options et des priorités de développement qui servira de référence dans la planification locale de l’utilisation des terres et la préservation des zones marécageuses à tourbières.

-        La gouvernance, au travers de la mise en place des structures communautaires locales de gestion représentées selon les cas, par des Comités Locaux de Développement (CLD), au niveau des terroirs villageois, dont les membres sont démocratiquement élus et disposant au moins de 40 % des femmes dont certaines participent effectivement dans les organes de prise des décisions. Ces comités seront fédérés en Conseils Agricoles et Ruraux de Gestion (CARG) aux échelons supérieurs de Secteurs et de Territoires participants. Parallèlement et suite à une dynamique interne de développement, naîtront et seront appuyées des associations et organisations paysannes (AP, OP) spécialisées de production agricole, cooptées en toute transparence et équité, coiffée chacune  par une structure faîtière de gestion au niveau des Territoires (Comités territoriaux de gestion ou Unions des OP). Dans ce cadre, le programme s’appuiera sur les CLD déjà en place et fonctionnels et en impulsera d’autres pour un réseau attendu d’au moins 359 CLD, réparties dans les 6 Secteurs faisant parties du programme. Il en sera de même des AP/OP de production agricole qui sont déjà en place dans le cadre des activités de la FAO dans les Territoires de Bikoro et d’Ingende ;

-        L’ Agriculture, par l’appui au développement des filières des cultures vivrières à cycle court (Riz, maïs, niébé, arachide, …) en zones anthropisées, sur jachères forestières et savanes, y compris dans les Zones de Développement Rurale (ZDR) issues de micro-zonage des concessions forestières, en recourant notamment à l’approche de renouvellement du matériel végétal et de gestion efficace et efficiente de la fertilité (légumineuses, rotation des cultures, assolement, etc.) et d’optimisation des espaces par des cultures intercalaires (pérennes-vivrières). Dans ce cadre aussi, le programme appuiera  le développement des filières de principales cultures phares, outre la mise à disposition des intrants de qualité, par l’amélioration des techniques de transformation et de conservation des produits en vue de créer une plus-value à la vente (chikwangue améliorée, meilleures techniques de fermentation des fèves de cacao et de torréfaction de graines de café, etc.), en s’inspirant de l’expérience acquise par la FAO dans le cadre de la mise en œuvre du projet P4P, tout en profitant d’importants acquis logistiques y enregistrés (Entrepôts pour le stockage des produits agricoles, unités de transformation primaires mises en place dans les Territoires de Bikoro et d’Ingende, etc.). Une attention particulière sera accordée au développement des filières villageoises des cultures pérennes autrefois prospères (cacaoyer, caféier, hévéa, palmier, etc.), qui sont susceptibles d’augmenter les revenus monétaires sans nécessairement augmenter les superficies cultivables au détriment des forêts, dont celles marécageuses auparavant naturellement épargnées et aujourd’hui, menacées par le développement de la culture de riz de marais. 

-        La foresterie, y compris l’énergie par la conquête des savanes, présentes en milieux ruraux et dans l’hinterland des grands centres de peuplement, par des boisements énergétiques communautaires sous la conduite des CLD, y compris des particuliers dans le cadre des appuis aux fermiers pilotes intéressés pour la mise en route de l’agroforesterie en zones forestières. En partenariat avec le projet « Energie » de CAFI, les foyers améliorés seront promus dans un contexte de renforcement de l’entreprenariat  local  des associations féminines et vulgarisés dans les grands centres de peuplement dans le but de rationaliser la consommation de charbon de bois et de réduire le prélèvement de bois en forêts naturelles. L’objectif primordial étant de réduire la pression due à l’exploitation de bois énergie sur la forêt, tout en recourant à l’approche SAFE (Safe Acces to Fuel and Energie) pour réduire la pénibilité, augmenter la sécurité et la santé des femmes et des enfants qui en sont le plus concernés ;

-        Le foncier, par la sécurisation de sites reboisés en faveur des bénéficiaires constitués en CLD ou par des fermiers individuels, garantie des titres fonciers valides, y compris des espaces communautaires acquis en vue du développement des cultures vivrières et de rente ;

-        Le contrôle démographique au travers le planning familial, la promotion de l’éducation nutritionnelle et auxquels s’ajouterait l’alphabétisation particulièrement en faveur des groupes vulnérables, dont notamment les femmes et les peuples autochtones (PA).

Contribution au relèvement communautaire

Le programme promeut la diversification des sources des revenus par l’introduction et la promotion des activités alternatives prometteuses et porteuses de l’économie locale dont notamment, la pisciculture et l’apiculture, l’élevage de petits et gros bétails (cobayes, canards, porcs, chèvres, lapins, etc.) en faveur des populations et des groupes vulnérables (associations féminines, peuples autochtones, enfants désœuvrés, etc.) ; l’appui au développement de la filière des produits forestiers non ligneux, l’initiation à la production des foyers culinaires améliorés, fabriqués en milieu rural destinés prioritairement aux zones urbaines plus demanderesses. Bref, il est particulièrement question ici de promouvoir des activités féminines, alternatives à l’agriculture itinérante sur brulis, susceptibles de leurs procurer des revenus substantiels et de contribuer au développement et à la mise en place des Associations Villageoises d’Epargne et Crédits (AVEC), nées d’une dynamique interne, selon le principe CLIP, financièrement alimentées par une partie (pourcentage à convenir avec les bénéficiaires) des fonds résultant de PSE localement injectés par le programme au titre de compensation dans le cadre des travaux communautaires de reforestation mais aussi, des fonds issus du développement des filières agricoles organisées. Les membres, qui sont en même temps acteurs et bénéficiaires, fixent des règles d’accès aux crédits ainsi que de remboursement et mettent en place des mesures de précaution contre l’inflation et la dépréciation du franc congolais : recours aux institutions de microfinances, conversion de la valeur monétaire en biens commercialisables (boutiques locales des intrants, conversion des francs en dollars, etc.). Dans  un contexte de développement participatif au niveau des villages participants, le programme encouragera l’érection des groupes des femmes spécialisées dans les jardins nutritifs, la domestication des plantes médicinales, l’apiculture, etc. Pour ce faire, environ 600 associations féminines mixtes (PA et Bantous), spécifiques des PA et des Bantous, réparties dans les six Secteurs du Programme seront accompagnées et soutenues.

Complémentarités avec les autres interventions dans le secteur forestier.

Le programme assurera des complémentarités et des passerelles de collaboration avec le projet AGEDUFOR en ce qui concerne la gestion des Zone de Développement Rural (ZDR) dans les concessions forestières aménagées, le programme CAFEC dans son volet exécuté par WWF en matière de reboisement dans les territoires de Bikoro et de Lukolela notamment, en mettant à profit les leçons apprises ; y compris avec le programme sectoriel CAFI de gestion durable des forêts en formulation à travers leurs volets respectifs relatifs à :

-      La gestion efficace des zones de développement rural issues de micro-zonage des concessions forestières dans le but d’y contenir les défrichements agricoles opérés par les populations riveraines en empêchant tout défrichement en zones forestières productives de ces concessions sous-aménagement (intrants et pratiques agricoles améliorés et productifs à l’unité de surface, agriculture de conservation, encadrement et promotions des filières agricoles, activités alternatives génératrices des revenus, etc.) ;

-      la rationalisation de l’exploitation forestière artisanale dans les forêts des communautés locales, pour lesquelles la FAO dispose d’une expertise avérée en matière de la structuration communautaire et de la planification de leur gestion durable au travers des plans simples de gestion. A cet effet, les différents guides méthodologiques développés par la FAO dans le domaine de la foresterie communautaire seront mis à contribution, et plus particulièrement, ceux qui abordent les thématiques concernant l’Analyse Socio-Economique selon le Genre (ASEG), la Cartographie participative et numérique (CPN), l’Analyse et Développement des marches (ADM), l’élaboration des Plans de Développement locaux (PDL), des Plans Simples de Gestion Forestière Intégrée (PSGFI) et des Plans de Développement Entrepreneurial (PDE) ;

-      le développement d’une politique forestière nationale en partageant les informations accumulées en cette matière et en assurant éventuellement leur réplique au niveau de la Province de l’Equateur au travers des consultations à mener avec le Conseil Consultatif Provincial des Forêts préalablement redynamisé.

En matière d’aménagement du territoire et du foncier, le programme s’alignera aux directives nationales qui seront issues des réformes en cours menées au niveau national et alimentera en informations la base des données qui pourra être constituée au niveau national et éventuellement au niveau provincial.

En qui concerne le programme intégré en élaboration par la Banque Mondiale pour le Mai-Ndombe et la Mongala, il sera surtout question de mutualiser les approches d’intervention de part et d’autre pour ne pas créer un effet de rupture et de rebond entre ces écosystèmes voisins qui forment un continuum.

 

Recent Documents
Key Figures
Report by
Financials
Participating Organizations are required to submit final year-end expenditures by April 30 in the following year; Interim expenditure figures are submitted on a voluntary basis and therefore current year figures are not final until the year-end expenditures have been submitted.
Report by
All amounts in US$
View as Excel Print friendly format
Latest Vouchers
This screen shows payment vouchers for transfers made to Participating Organizations. Only payment vouchers from 1 January 2009 and onwards are shown.
All amounts in US$ View as Excel Print friendly format
Contacts

If you have questions about this programme you may wish to contact the RC office in Congo, The Democratic Republic or the lead agency for the programme. The MPTF Office Portfolio Manager (or Country Director with Delegation of Authority) for this programme:

The person with GATEWAY access rights to upload and maintain documents for the programme:

  • Dolly Kenga, Analyste Gestion Fiduciaire; Telephone: +243 8 1177 4800; Email: dolly.kenga@undp.org
Contact Us | Glossary | Scam alert | Information Disclosure Policy | Feedback